Bien-être. À la Sécu des Côtes-d’Armor, un bracelet pour ne plus râler

FRED DUFOUR

Ce bracelet a été proposé aux agents de la caisse primaire d’assurance maladie (CPAM) des Côtes-d’Armor, pour une meilleure qualité de vie au travail.

En cadeau de Noël, le comité Qualité de vie au travail de la CPAM (caisse primaire d’assurance maladie) des Côtes-d’Armor a décidé d’offrir aux personnels volontaires un « bracelet sans plainte ». En tissu bleu, décoré d’un sourire imprimé, l’accessoire est destiné à faire prendre de nouvelles habitudes aux salariés.

« On se plaint beaucoup plus souvent qu’on ne croit, et ça ne rend pas heureux, explique Chantal Appéré, responsable des ressources humaines. Quand on a une pensée négative, qu’on émet une critique ou un sarcasme, on change le bracelet de bras et on recommence à zéro. L’objectif est de réussir, pendant 21 jours consécutifs, à ne pas se plaindre ».

Une opération basée sur un livre

Ce bracelet a été imaginé par un Américain, Will Bowen, auteur du livre 21 jours sans se plaindre, basé sur la pensée positive. « Le bracelet, c’est ludique, poursuit Chantal Appéré. Et c’est plus facile de dire à un collègue Change ton bracelet de bras qu’Arrête de te plaindre ».

L’idée a été suggérée par la société Greenworking, cabinet parisien de conseil et formation managériale, qui propose régulièrement le bracelet lors de ses interventions contre le stress, dans des administrations ou des groupes bancaires. « Le principe est celui du volontariat, du même ordre qu’un défit santé, précise Antoine Lores, de Greenworking. L’initiative serait fatale si elle devait être perçue comme une pression managériale ».

« Chacun est libre de jouer le jeu ou pas »

Et les syndicats qu’en pensent-ils ? A priori, rien de mal. « Chacun est libre de jouer le jeu ou pas, estime un représentant CFDT. À titre personnel, je ne le porterai pas ».

Ne pourrait-on voir dans ce bracelet une tentative de faire taire la contestation salariale ? « Les décisions imposées par la Caisse nationale, on ne les changera pas, et on n’empêchera personne de dire qu’elles ne lui conviennent pas, répond la DRH. Mais maintenant, comment on fait pour vivre au mieux notre travail au quotidien ? »

Source : Bien-être. À la Sécu des Côtes-d’Armor, un bracelet pour ne plus râler

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*