TEST Etes-vous en burn-out, bore-out… ou brown-out ?

Photo by Ian Espinosa on Unsplash

Surmenage, ennui mortel, quête de sens… La liste des pathologies du monde du travail est presque aussi fournie que le nombre de scientifiques qui se penchent désormais sur la question. Petit glossaire sur les différentes formes d’épuisement au travail. Et – tests à l’appui – les bonnes questions à se poser.

Burn-out, brown-out, bore-out… A première vue, on se dit que les experts ne savent plus quoi inventer pour désigner les multiples formes de souffrance et d’épuisement au travail. Gimmicks… ou véritables nouvelles pathologies ? Stéphane Bourbier, le fondateur de OurCompany – une appli qui mesure quotidiennement le bien-être au travail selon son niveau d’humeur, de stress et d’énergie, sorte de Tripadvisor dans l’entreprise – est formel :  » Plus que des gimmicks, voire un excès d’anglicismes, il faut y voir l’occasion de mettre enfin des mots sur des problèmes qui existent depuis longtemps dans le monde du travail et de provoquer un électrochoc dans l’entreprise. Désigner ces maux facilite à la fois leur reconnaissance et leur traitement. «   » Cela pointe aussi que ce n’est pas forcément la charge de travail qui est en cause, mais le fait que le salarié se sente ou non à sa place, valorisé à la hauteur de son potentiel, de ses envies, voire tout simplement reconnu en tant que personne, » complète Gaëlle Monteiller, ancienne directrice de l’usine PSA de Poissy et pilote du lancement de la 208, qui a fondé il y a quelques mois la happytech Tod, visant une autre approche du management.

Mais avant toute quête de reconnaissance, il reste à établir l'(auto)diagnostic. Alors…seriez-vous en burn-out, bore-out, voire éventuellement en brown-out ? Petit glossaire des nouveaux mots pour désigner les différents maux en entreprise. Et les bonnes questions à se poser pour les détecter. Sachant qu’il n’est pas interdit – non plus – d’être heureux au travail !

 

Le burn-out

Le burn-out ou  » syndrome d’épuisement professionnel  » se caractérise par un épuisement général, à la fois physique, psychique et émotionnel, lié au trop-plein de travail.  » Il résulte d’un déséquilibre entre les ressources individuelles, perçues et réelles, et la pression subie de par la charge de travail,  » complète Elodie Brisset, psychologue sociale et associée d’OurCompany. Vos batteries sont complètement à plat et vous ne parvenez pas à récupérer et à  » décrocher  » sur de courtes durées, les soirs et le weekend notamment. Cette fatigue se manifeste d’autant plus insidieusement qu’on a souvent tendance à la nier –en entreprise, hélas, avouer un burn-out est encore trop souvent synonyme d’échec personnel. Le burn-out s’accompagne de nombreux symptômes : insomnies, anxiété, mal de dos, perte de mémoire… La question de sa reconnaissance comme maladie professionnelle ressurgit régulièrement, souvent au gré de l’actualité. En mai dernier, la Haute Autorité de santé a rendu un avis défavorable sur le sujet. Affaire à suivre ?

Source : TEST Etes-vous en burn-out, bore-out… ou brown-out ? – Challenges.fr

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*